Les erreurs à ne pas commettre lors de l’achat d’un terrain


La conjoncture serait favorable pour acquérir un bien immobilier. L’achat d’un terrain devrait tout de même respecter certaines règles. Il faudra notamment écarter les erreurs que de nombreuses personnes pressées de devenir propriétaires commettent.

Ne jamais acheter un terrain sur un coup de cœur

Il est important de prendre le temps de visiter le terrain une seconde fois sans l’agent immobilier ni le propriétaire. Ce serait l’occasion de mener une petite enquête de voisinage. L’acquéreur doit au moins réfléchir pendant 24 heures. Il devrait se projeter sur le site. Cependant, il a aussi intérêt à se pencher sur les éventuels problèmes. Les qualités et les avantages sont souvent évidents. Par contre, il faudra voir en détail les inconvénients possibles. Normalement, le propriétaire doit rappeler la taxe foncière, la surface constructible. Il précise également les restrictions en termes de plan d’urbanisme. Davantage de renseignements sont à trouver auprès de la commune. La mairie apporte volontairement des éclairages sur les impositions et les autorisations indispensables.

Omettre de vérifier les détails purement techniques

Tout propriétaire prévoyant se doit de vérifier l’aspect technique du terrain. Il devrait notamment s’assurer qu’il est plat. Puis, les soucis peuvent venir d’un éventuel glissement. Il faudra parfois ériger un mur de soutènement pour redresser la surface ou la surélever. Souvent, le désagrément découle d’un probable éboulement. Alors, il faudra prendre les dispositifs nécessaires. La constructibilité est un détail auquel il faudra se pencher. Le plan d’urbanisme ou d’extension de la ville compte. De nombreux propriétaires font l’erreur de ne pas penser à l’adduction d’eau ou d’électricité. Le raccordement au réseau peut coûter entre 2 000 et 10 000 euros.

Négliger les mesures et le bornage de la propriété

Un bon nombre de propriétaires omettent de mesurer leur terrain. Un Geometre Masquilier pourrait aider pour prendre les dimensions exactes. Il effectue les relevés topographiques. Le spécialiste établit les limites du bien immobilier. Cela évite tout conflit avec les voisins. Après des années, les litiges peuvent survenir. Ainsi, si le nécessaire n’a pas été fait, c’est la justice qui va sommer les parties prenantes à se conformer à une décision juridique. Le cabinet est imposé, alors qu’il faudra encore s’acquitter d’honoraires d’avocat. Ceux qui achètent un terrain en lotissement ont le droit de demander une contre-expertise par un autre prestataire.

D’autres erreurs à ne jamais commettre

Lors de l’achat d’un terrain, le passage chez le notaire reste facultatif. Cela dit, ne pas recourir à ses prestations serait une regrettable erreur. C’est un moyen de vérifier l’authenticité des documents. Le juriste s’assure que le dossier est conforme aux dispositions légales. L’acte de vente devrait comprendre différents détails, dont la superficie totale en ares ou hectares. Ces données sont à préciser par un Geometre Masquilier. Son bornage contradictoire coûte un millier d’euros, mais confère une grande quiétude à l’acquéreur. Le document d’achat doit également inclure les voisins si la propriété figure encore sur un plan cadastral. Pour un titre foncier, les renseignements sont plus concrets. Enfin, il serait judicieux de toujours demander l’avis d’un proche ou une personne de confiance avant de prendre une aussi grande décision que l’acquisition d’un terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *