Exutoires de fumées industrielles: La règlementation

exutoire

Au fil des ans, la protection des bâtiments contre les incendies s’est développée. Cela permet d’assurer la sécurité des occupants et de mieux organiser les secours. Les exutoires comptent parmi les dispositifs fiables pour faire face à l’incendie. Par ailleurs, l’installation d’exutoires de fumées industrielles doit respecter certains règlements.

La réglementation d’équipements de désenfumage

Chaque immeuble est différent de par sa taille et sa structure. Il faut donc installer des exécutoires de fumées industrielles et un système de désenfumage. Cela doit correspondre à chaque type de bâtiment. Plusieurs catégories de bâtiments sont soumises à des obligations différentes selon leur destination et leur hauteur.

Les locaux d’habitation doivent s’équiper de désenfumage. Leurs obligations dans le domaine sont différentes de celles des établissements professionnels. De même pour les établissements recevant du public ou les immeubles de grande hauteur. En général, les bâtiments d’habitation se divisent en 4 familles. La première concerne les habitations individuelles qui disposent d’un étage au maximum.

La deuxième famille se compose de maisons individuelles de plus d’un étage. Cette famille inclut aussi les habitations collectives de 3 étages au minimum. La troisième famille porte sur les logements de plus de trois étages. La quatrième famille comprend les immeubles de plus de 28 m.

Le nombre d’exutoires et l’implantation

Il faut respecter la règlementation de la surface totale des exutoires de fumées industrielles. Celle-ci doit correspondre à 1/100e de la superficie du bâtiment avec un minimum de 1 m². Cela s’applique également à celle des amenées d’air. Les habitations de plus de 2 000 m² doivent être découpées en cantons de désenfumage. La longueur de chaque canton ne doit pas dépasser les 60 m. De plus, sa superficie doit être inférieure à 1 600 m².

Les cantons sont délimités à l’aide des écrans de cantonnement. Il s’agit des séparations verticales installées sous la toiture ou le plafond. Leur emplacement doit être opposé à l’écoulement des gaz de combustion et de la fumée. En plus de cela, leur bord inférieur doit être horizontal. La hauteur des écrans est généralement égale à l’épaisseur de la couche de fumée. Elle définit souvent la hauteur libre de fumée.

Les autres règlements à retenir

L’épaisseur de la couche de fumée doit correspondre à 25 % de la hauteur de référence. Cela s’effectue si cette dernière ne dépasse pas les 8 m. Il est possible que les locaux disposent d’une hauteur de référence dépassant les 8 m. De plus, leur dimension ne dépasse pas les 60 m. Dans ce cas, l’absence d’écrans de cantonnement est acceptable.

En outre, les amenées d’air frais doivent se trouver en façade hors de la partie enfumée. Il se peut que le local comporte un seul canton. Dans ce cas, la surface libre totale des amenées d’air doit correspondre à celle des exutoires du local. Il est possible que les locaux se divisent en plusieurs cantons. De ce fait, l’amenée d’air peut s’effectuer avec les cantons périphériques.

La surface libre des amenées d’air doit correspondre à la totalité des surfaces géométriques des exutoires. Par ailleurs, l’installation d’exutoires doit être confiée à un professionnel en la matière pour un travail parfait.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *